MFB : Les allégations du SEMPIDOU ne sont pas fondées

Les syndicalistes du SEMPIDOU poursuivent leur mouvement de revendication et de grève. Mais cette fois, ils se heurtent aux règles imposées par le ministère des Finances et du Budget. Bon nombre se sont alors décidés à abandonner la grève.

Herizo Andrianavalona, président du Syndicat des Agents de la Douane (SEMPIDOU) déplore le fait que de nouvelles sanctions planent sur la tête de ceux qui prévoyaient d’observer la grève de solidarité depuis hier. «Des instructions ont été données aux responsables pour qu’ils relèvent le nom de ceux qui font la grève de 48h. Ces derniers ne percevront pas de primes du mois de Septembre et cela n’est pas négociable. C’est une dictature», a rapporté ce leader syndical. De crainte de cette disposition, bon nombre d’agents ont fait machine arrière. Il s’agit, selon les grévistes, de dictature. Les leaders du SEMPIDOU sollicitent, en outre, une rencontre avec le Premier ministre qui, d’après eux, est bien placé pour comprendre les droits des travailleurs.
De nombreuses allégations du président du SEMPIDOU ne sont pas fondées, indique, pour sa part, Vonintsalama Andriambololona, Ministre des Finances et du Budget. La suspension de prime fait suite à une note ordonnant aux grévistes de reprendre du service. Les grévistes en ont eu connaissance. Il n’est pas vrai, selon ses dires, que des annotations au stylo rouge ont été apportées sur les bons de caisse. «Rien qu’avec une petite rature sur un bon de caisse, il n’est pas possible de percevoir son solde», a-t-elle noté. Les agents qui travaillent se plaignent également, selon ses dires, compte-tenu du manque d’effectif causé par la grève et des menaces proférées à leur endroit. Ce qui entraîne une augmentation du volume de travail. Il est également injuste que ceux qui mènent la grève bénéficient des mêmes avantages que ceux qui travaillent.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.