Non-renouvellement de l’autorisation de Corsair : Les réactions d’Air Madagascar

L’Aviation Civile de Madagascar (ACM) a décidé de ne pas renouveler l’autorisation d’exercer des droits de trafic de la compagnie Corsair entre Madagascar et La Réunion. Le ministre du Transport et de la Météorologie en a déjà touché mot au mois de décembre dernier. La compagnie nationale Air Madagascar se félicite de cette décision…

Le ministre des Transports et de la Météorologie, suivant l’avis d’Air Madagascar, a pris la décision de ne pas renouveler l’autorisation temporaire accordée à la compagnie Corsair sur la desserte Antananarivo-Saint Denis. «Air Madagascar, qui démarre tout juste son plan de transformation, se félicite de cette prise de position ferme et courageuse du ministre des Transports et de la Météorologie de Madagascar, qui rappelle que tout le pays, à l’instar du gouvernement, est mobilisé pour le redressement de sa compagnie nationale», peut-on lire sur un communiqué de la compagnie nationale qui nous est parvenu. L’Aviation Civile de Madagascar est en effet chargé de veiller au développement du trafic aérien dans des conditions de concurrence équilibrées, d’après les précisions des responsables de la compagnie Air Madagascar. Pour rappel, l’ACM avait accordé à Corsair, il y a un peu plus de six mois, une autorisation provisoire d’exploiter cette ligne, avec comme condition, l’apport de 17.000 touristes supplémentaires. La liaison entre Antananarivo et St-Denis est, depuis quelques années, déjà largement excédentaire en termes de capacité en sièges et ne justifiait nullement un apport supplémentaire. Or, après une saison d’exploitation, l’apport en touristes supplémentaires de la Réunion a été très en deçà de l’objectif fixé. Au cours d’une récente rencontre avec la presse, les dirigeants de la compagnie Air Madagascar ont précisé qu’un manque à gagner de plus de 800.000 euros a été enregistré pour Air Madagascar sur cette ligne. Le coefficient de remplissage d’Air Madagascar est tombé à 29% en six mois, contre 53% auparavant. «S’il est un principe qui régit les règles de concurrence loyale prônées par l’OACI et les accords internationaux bilatéraux, c’est bien celui d’éviter les pratiques anticoncurrentielles de prédation». Air Madagascar précise que la libéralisation des airs est indispensable, mais elle doit, par essence, se faire en fonction de règles de jeu équitables, au bénéfice des passagers et des compagnies en présence.

Recueillis par C.R

Imprimer Imprimer