OHT : La loi sur la Réconciliation nationale scrutée à la loupe

L’OHT ou Olona Hasin’ny Tany a organisé hier une conférence-débat sur le thème de la «réconciliation et élection» à l‘université d’Antananarivo. Ce thème a été choisi, selon les explications d’Emile Rakotonanahary, à cause de l’incohérence des textes sur la réconciliation avec les réalités.
Alphonse Maka, Tabera Randriamanantsoa, André Rasolo, entre autres, ont animé ces débats. La loi sur la réconciliation nationale a fait l’objet de bien de critiques formulées par des assistantes ayant vu la participation des juristes de renom, en l’occurrence Arlette Ramaroson, des politiciens, des anciens ministres et des observateurs de la vie politique nationale.
L’article 5.1 de cette loi 2016-037 a été le plus critiqué. Tabera Randriamanantsoa, pour sa part, a fait remarquer que seuls, les faits qui remontent en 2002 à la fin de la transition sont pris en compte par cette loi. «Qu’en est-il alors des événements de 1991 ou de 1972 ?», s’est insurgé cet ancien ministre de la Fonction publique en s’adressant aux experts qui avaient élaboré ce texte et qui avaient été représentés à cette occasion par Alphonse Maka.
Toujours au sujet de cet article 5.1, la juriste Arlette Ramaroson n’est allée par quatre chemins pour qualifier la loi 216-037 d’une loi «qui ne tient pas la route».
Alphonse Maka, lui, a défendu comme il le pouvait, cette loi et ses objectifs. En effet, pour étoffer ses arguments, ce membre du comité d’experts a rappelé les principaux objectifs de cette loi, en ces propos : «via le processus du «Fampihavanana Malagasy», cette loi a pour finalités d’éradiquer et de prévenir les crises récurrentes, de soigner et de guérir les blessures individuelles et collectives du passé et d’établir de saines fondations pour l’avenir et le développement économique de la Nation».

Velo Ghislain

Imprimer Imprimer