Patrick Pisal Hamida : La LFR devrait rectifier des erreurs

Patrick Pisal Hamida, administrateur directeur géné­ral de Telma persiste et signe sur la nécessité de réduire les droits d’accises, cela permettant de baisser le prix de la fibre optique et de faire en sorte que chaque citoyen malagasy soit un citoyen digital. Au lieu d’une réduction, c’est une hausse du droit d’accise qui est prévue dans la Loi de Finances Initiale 2020, le taux passant de 8% à 10%.
«On est confiant que la loi de finances rectificative permettra de rectifier certaines erreurs», s’est exprimé ce responsable hier, à ce propos. Il a par ailleurs souligné que c’est l’ensemble du secteur privé qui souhaite être entendu, puisqu’il n’y a pas que cette mesure-là. Force est effectivement de constater que le maintien du taxe sur les bondillons de savon à 10% a suscité de nombreuses polémiques.
L’année dernière, au cours d’une rencontre avec la presse, l’administrateur directeur général de Telma avait insisté sur le fait que les droits d’accises ne devraient pas s’appliquer aux télécommunications. Les besoins des Malagasy en termes de connexion Internet ont explosé ces dernières années et la connexion Internet est devenue un véritable produit de première nécessité. « Les droits d’accises devraient s’appliquer aux produits de luxe ou produits dont on ne souhaite pas encourager la consommation. Baisser ces droits d’accises n’entraînera pas une baisse des recettes fiscales, bien au contraire ».
Ainsi, l’augmentation du droit d’accise prévue dans la LFI 2020 ne va pas dans le sens du développement de l’usage, ni dans la baisse des prix.

Hausse des tarifs ?

La question que se posent les usagers est celle de savoir si une hausse des tarifs serait ainsi à craindre, dans les semaines ou mois à venir, en attendant les modifications que pourrait amener la Loi de Finances Rectificative 2020. Notre interlocuteur s’est parfois voulu rassurant. «Une réunion du groupement des opérateurs en télécommunication se tiendra la semaine prochaine. Nous allons voir comment réagir. Nous n’allons pas prendre en otage les consommateurs et ferons tout pour ne pas augmenter les prix »

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.