Pédophilie : Un chef fokontany dénonce la justice malgache

Une conférence sur le sujet brûlant de l’affaire du pédophile suisse qui défraye la chronique locale et même au délà, puisque la presse nationale et internationale ont depuis des années consacré de nombreux articles sur le sujet, s’est tenue vendredi soir à Nosy Be. Ce citoyen suisse, connue dans son propre pays pour des faits de pédophilie, est accusée de viols sur gamines dans l’archipel des Mitsio par les habitants et le chef du Fokontany, Mahamodo.

Cette conférence était animée par Mahamodo et Roland Vilella, ancien responsable de « Pharmaciens sans Frontières » qui depuis 10 ans apporte son aide à une population isolée particulièrement démunie pour s’opposer à un prédateur redoutable.
Sur les murs étaient affichés de nombreux articles de presse, l’adresse du site internet où 2000 personnes ont déjà signé une pétition de soutien aux habitants des Mitsio et à son chef et le titre du livre consacré à cette longue affaire qui vient d’être publié sur internet.
Devant une assistance assez peu nombreuse mais particulièrement attentive, Mahamodo a rapporté les faits qui se sont déroulés dans ses îles. Un homme, selon R. Vilella, droit, honnête et courageux, simple paysan de brousse qui défend ses gens et trouve le courage, lui qui n’a pas fait d’études, de s’exprimer dans une conférence.
Retenons du discours de Mahamodo deux remarques particulièrement fortes.
« Ce prédateur a failli détruire notre communanuté de brousse en violant nos enfants. Car certains habitants étaient de son côté pour les cadeaux qu’ils faisaient et nous, nous avions peur de nous adresser à la justice parce qu’elle ne nous défend pas », et la deuxième, « Comme président du fokontany, je suis chargé de protéger la population, et quand je le fais, je me retrouve condamné par la justice sur plainte d’un pédophile. Que dois-je faire ? » (Rappelons que Mahamodo et Vonizara, la mère d’une gamine violée ont été condamnés par la justice sur plainte du pédophile pour accusations mensongéres. Procés en appel ce 2 février à Antsiranana).
Puis il y a eu un moment d’émotion très forte lorsque Saida, une des petites filles violées il y a plus de 10 ans, à été annoncée présente dans la salle et désireuse de témoigner. La salle a longuement applaudi le courage de cette jeune femme qui a dénoncé son viol lorsqu’elle était enfant et celui de sa jeune sœur. Puis, elle s’est mise à pleurer. Une blessure qui ne se refermera pas. Lorsqu’elle a quitté la tribune, les applaudissements ont retenti une fois encore.
Dans son intervention, R. Vilella a posé des questions génantes sur l’efficacité de la justice malgache qui, depuis 10 ans, selon l’orateur, ne fait rien contre le prédateur et, pire, le protége. Ainsi, dénonce-t-il, les magistrats, en 2012, ont innocenté A. Gogniat dans un simulacre de procés où les victimes et leur avocate n’avaient pas été convoquées.
Il concluera par une sévère mise en garde : « Les magistrats qui protègent ce pédophile doivent savoir qu’en agissant de cette façon, ils se font complices du viol des petites filles des Mitsio ».
Puis, il s’est attaché à démontrer l’existence d’un réseau pédophile constitué de personnalités influentes qui, selon lui, protége le prédateur. Il est vrai que les faits qu’il rapporte sont troublants et nous laissent penser que l’analyse de cet intervenant majeur dans une affaire qu’il connait depuis l’origine, n’est pas dénuée de tout fondement. Et il n’y a jamais de fumée sans feu…
Il terminera son intervention par une violente dénonciation de l’inaction des autorités suisses qui n’ont, depuis des années, jamais entrepris une action efficace contre un pédophile qu’elles connaissent parfaitement. Roland Vilella en tirera une conclusion qui, pour en être véridique, n’en est pas moins brutale : « Les autorités suisses se préocupent beaucoup moins du viol de gamines du tiers monde que du viol d’enfants suisses ! ».
L’orateur semble assez optimiste sur les suites de cette affaire, puisqu’il espère l’expulsion prochaine du prédateur grâce à l’intervention des plus hautes autorités de l’Etat malgache.
Attendre et voir !

Imprimer Imprimer