Point de vue : Assurer le droit du citoyen

Contestation, pluies de contestations. C’est ce qui se lit, ces derniers jours, au sujet du scrutin électoral du 07 novembre 2018. Une incompréhension se manifeste chez le simple observateur lorsque les candidats, dans leur majorité et même les deux premiers de la course, ne sont pas satisfaits des résultats provisoires proclamés par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) organisatrice du processus électoral. Mais jusqu’où peut aller cette contestation ?
Si la CENI a proclamé les résultats provisoires du premier tour, la Haute Cour Constitutionnelle sera celle de la dernière chance. Celle qui va asseoir la stabilité du scrutin d’un côté, mais aussi celle qui pourrait être source de la discorde. Cette Cour va certainement jouer son rôle de pacificateur du pays. Va-t-elle faire ses preuves pour ramener le peuple à jouir de son droit non seulement à la stabilité pour le développement, mais aussi d’élire la personne qu’il souhaite le diriger ? Ce ne sera pas chose facile lorsque 36 candidats en lice ont chacun sa propre appréciation du scrutin.
Il ne faut pas oublier que seulement 54% des électeurs ont pu voter à la date du 07 Novembre 2018. Quid des 46% restants, alors que les bureaux de vote n’ont pas désempli durant le jour du scrutin et ce dès les premières heures de la journée ? La volonté des citoyens de prendre part au scrutin a été plus qu’importante lorsque les fokontany ont été envahis par les électeurs qui n’avaient pas pu s’acquitter de leur droit de voter. Ou bien ils n’étaient pas dans la liste électorale, ou bien ils n’étaient pas en possession de leur carte d’électeur alors qu’ils étaient auparavant inscrits dans la liste-mère. Comment y remédier ? Comment rouvrir cette liste-mère, comment corriger et restaurer les imperfections ? La décision finale en revient à la HCC. Allons-nous avancer avec ces imperfections ou allons-nous réparer ce qui est source de maux ? Il ne faut pas oublier que les imperfections du processus électoral ont toujours été source de conflits politiques dans le pays depuis les années 90

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.