Point de vue : COI, SADC, COMESA : des opportunités de développement

Renforcer les partenariats économiques et diplomatiques avec les pays se trouvant à proximité de la Grande Île est une astuce pouvant être un levier du développement. Réviser les accords commerciaux et soutenir la coopération régionale ne peuvent être que bénéfiques à Madagascar.
Les régimes qui se sont succédé dans le pays ont toujours minimisé l’importance de cette initiative de renforcement de la coopération entre Madagascar et ses pays voisins. La Réunion et Maurice, de grands piliers économiques de la Commission de l’Océan Indien, ne doivent être prises à la légère. Certes, la Grande Île peut tirer pleinement profit de la COI pour renforcer son développement économique. Le tourisme, le commerce ou aussi l’agriculture sont entre autres grands axes qui doivent être pris en compte.
La Communauté de Développement d’Afrique Australe (SADC) et le Marché Commun de l’Afrique Australe (COMESA) ne sont pas en reste. En effet, le grand marché commercial qui s’offre à la Grande Île est énorme que nous avions du mal à l’inonder. Il en est de même avec l’Union Africaine, le Maroc, l’Afrique du Sud, le Kenya, le Nigeria, la Côte d’Ivoire et l’Egypte qui sont de grandes puissances économiques africaines à ne pas sous-estimer. Ils peuvent être des partenaires stratégiques.
En tout cas, Madagascar doit s’imposer dans le milieu régional à travers ses potentialités, ouvrir davantage ses frontières avec la Région et renforcer ses partenariats avec les organisations régionales et les pays membres pour soutenir davantage son développement. Ces pays, rappelons-le, ont toujours soutenu Madagascar sur la scène internationale mais aussi sur la consolidation de la démocratie dans la Grande Île.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.