Point de vue : Entre le marteau et l’enclume

La Commission Electorale Nationale Indépendante aura jusqu’au mardi 20 novembre 2018 pour publier les résultats provisoires du premier tour de la présidentielle. Mais quoi qu’il en soit, les critiques et les mécontentements fusent de partout. Non seulement les 25 candidats antérieurement mécontents du système, sont revenus sur la scène, mais aussi les candidats qui n’étaient pas dans ce groupe viennent de rallier leur cause. A preuve, le courage d’avancer vers une confrontation des PV a été snobé par les candidats à la présidentielle hier. La CENI est accusée par ses détracteurs d’être à l’origine des maux depuis la confection de la liste électorale, jusqu’au traitement des résultats, en passant par la distribution des cartes électorales. Ce qui ternit ainsi l’image de cet organe.
Sur cette lancée, et dans la logique des choses, les critiques auxquelles la CENI est victime ne sont pas fortuites. Du moins c’est ce que véhiculent certains observateurs politiques. Pour eux, ce désordre provenait tout simplement de l’initiative de la Haute Cour Constitutionnelle. Cette Cour qui sera le juge des élections, mais qui avait déjà fait ses preuves en matière de partialité depuis l’avènement des troubles du 21 avril 2018.
Les deux candidats, arrivés à la tête de la course à la magistrature suprême, avaient, rappelons-le, uni leurs forces à la date du 21 avril 2018. Un front unique avait ainsi mis la pression sur la HCC et sur la CENI par la force de la rue ayant poussé au retrait de plusieurs articles de la loi sur les élections. Des articles qui devaient assurer la transparence et la sincérité du processus, pour n’en citer que la tracabilité des fonds de campagne et l’interdiction de subventions étrangères à la campagne électorale. S’achemine-t-on vers un complot sans précédent entre ces deux anciens rivaux et sources des crises de 2009 ? Vont-ils être une troisième source de crise après 2009 et en avril 2018 ?
Le mal est fait ! Et ce qui est inquiétant, c’est d’entendre les observateurs internationaux qui tentent d’arrondir les angles pour ne dire lisser les angles saillants. Prétendre que « tout va bien » tout au long de ce processus est, certes, incohérent avec la réalité. Les instances internationales sont-elles réellement convaincues que les 10 millions d’électeurs malagasy ont été respectés ? Du moins, leur droit de vote a été cette fois-ci bafoué.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.