Point de vue : La Constitution avant tout !

La Loi Fondamentale, ce n’est pas pour rien que cette dénomination est portée à la Constitution de notre République. Ce sont les fondements de notre République, de notre Etat et de notre Nation qui sont inscrits dans ce livret composé de 168 articles. Tout y est et tout devra y être. Le respect des principes fondamentaux au-delà des opinions politiques constitue l’idéal, mais ce n’est pas toujours le cas.
La Constitution qui est la Loi suprême dans la hiérarchie des textes est souvent forcée à s’aligner aux idéologies politiques des dirigeants. Comment peut-on imaginer la nomination de gouverneurs de région dans un pays où ce terme n’est même pas inscrit dans sa Constitution, et que la structure d’un gouvernorat n’apparait nulle part dans la loi fondamentale. Certes, il s’agit d’une simple dénomination, toutefois, ceci dit, à tout moment on peut certainement changer la dénomination d’un Premier Ministre en Chancelier ou du Président de l’Assemblée Nationale en Chef de la Révolution, et pourquoi pas un Haut Commissaire dans les Fokontany. La convocation d’un référendum constitutionnel par un simple décret sans pour autant passer par les deux Chambres du Parlement réunis en Congrès est également un fait qui avait provoqué le tollé dans le monde politique malgache. Des faits qui deviennent les prescrits des fondements de notre Nation.
Tout ceci pour dire que l’heure ne doit plus être aux querelles politiques parfois stériles tendant à instituer une dérive dictatoriale dans une Nation félicitée par la Communauté Internationale pour ses avancées démocratiques. Des avancées démocratiques menacées et encore inquiétantes lorsque le silence de la Communauté Internationale se prolonge, contrairement à son comportement d’il y a 2 ou 3 années plus tôt. Silence complice ou silence complotiste ?
En tout cas, il appartient aux actuels détenteurs du pouvoir, garants de cette Constitution, de servir de modèle dans le cadre de l’instauration de l’Etat de droit. Rappelons-nous que l’exemple vient toujours d’en haut et jamais du bas. Et ce ne sera pas en cherchant une structure politique idéale qu’on peut assurer le développement du pays. C’est à travers l’adaptation et l’harmonisation des structures existantes qu’on peut faire démarrer l’expansion socio économique de la Grande Île.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.