Le sens de la république toujours menacé

La Loi fondamentale de notre pays stipule dans son article 5 que « la souveraineté appartient au peuple, source de tout pouvoir, qui l’exerce par ses représentants élus au suffrage universel direct ou indirect, ou par la voie du référendum. Aucune fraction du peuple, ni aucun individu ne peut s’attribuer l’exercice de la souveraineté ». Sommes-nous alors sur le point de violer cette grande ligne qui nous appelle à la retenue ? Avancer dans le sens de la remise en cause des institutions de la République telle que prévue dans cette loi fondamentale devient de plus en plus insensé et contraire à ce que nous avons mis en place en 2010 année de promulgation de la Constitution de la IVè République.
La mise en place d’un accord politique extra constitutionnelle demeure d’actualité depuis la fin de la semaine dernière. Faut-il toujours rappeler qu’un accord politique peut toujours être exercé avec une Constitution en vigueur. Chercher un accord en dehors de la Constitution actuelle tend d’ailleurs à violer notre Loi Fondamentale. Si des projets visant à instaurer une structure de Transition, suspendre les institutions de la République pour n’en citer que la Présidence et le Parlement ainsi que le Gouvernement, arrivent à réalisation, qu’en est-il alors de l’existence de notre République ? Est-ce toujours aux politiques de décider ? Le cycle infernal de la crise politique a resurgi. Les vieux démons se sont réveillés. Et dans toute cette histoire, ce sont toujours les paysans, les écoliers, les travailleurs et les investisseurs qui payent les pots cassés.

Imprimer Imprimer