Point de vue : Quel objectif au final ?

La situation empire davantage ces dernières semaines. Alors que les revendications sociales surgissent de part et d’autres, de leur côté, les hommes du régime ne veulent pas non plus céder. L’on se demande parfois si certains collaborateurs du Chef de l’Etat ne font qu’enfoncer le clou pour mettre au final le régime dans une situation inconfortable pour le développement.
Qui a réellement osé suggérer au Chef de l’Etat de déplacer des riziculteurs présents dans une zone hautement symbolique pour l’histoire de l’Imerina vers une zone située à des centaines de kilomètres ? Ces valeurs historiques vont-elles être effacées par une soi-disant initiative pour le développement ? Au contraire, persister sur ce sujet ne fera qu’empirer les choses si aucun compromis ne sera trouvé dans les jours qui viennent.
Le domaine de l’éducation est également en effervescence. Les syndicalistes commencent à hausser le ton et lancer des critiques. Les enseignants chercheurs veulent que le gouvernement tienne ses engagements pour assurer la bonne marche des affaires courantes. Après le couac des fuites de sujet des examens du baccalauréat n’a fait que renforcer la colère du monde de l’enseignement supérieur, du moins dans la capitale. En s’ajoutant à ce problème, les enseignants de l’éducation de base élèvent eux aussi la voix après les résultats décevants des examens du CEPE et du BEPC.
Tout ceci pour dire que le tollé a pris le dessus dans la conjoncture socio politique actuelle. La couche sociale au sens large commence à se demander comment l’avenir se dessinera à l’allure où vont les choses. Les problèmes de coupures de distribution d’eau, la hausse des prix des produits de première nécessité, le chamboulement des calendriers des examens, … autant de soucis du quotidien de la population qui doivent sérieusement être solutionnés par les dirigeants.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.