Point de vue : Qui sont les responsables ?

La Fédération Malagasy de Football (FMF), la Confédération Africaine de Football (CAF), la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) et les autorités étatiques du pays ont le devoir de faire la lumière sur la situation survenue hier à Mahamasina. Un drame qui a terni les efforts déployés par les citoyens du pays et les joueurs de l’équipe nationale malagasy. Tenir en échec les Sénégalais a nécessité un labeur important, mais que nous ne pouvons pas fêter lorsqu’une cinquantaine de blessés et un décès sont enregistrés suite à des bousculades mortelles d’hier.
Des questions se posent, désormais, après cet incident. Pourquoi le guichet consacrés à la vente de tickets étaient-ils fermés subitement et plusieurs heures avant la tenue du match ? Les files d’attente ne devaient-elles pas être gérées et surveillées de manière scrupuleuse durant l’ensemble de la journée ? Des fauteurs de trouble et des casseurs étaient-ils également dans la partie, visant ainsi à ce que l’événement soit saboté ?… Les questions se posent, mais seuls, les éléments de l’enquête permettront de faire la lumière sur cet incident malheureux.
La Justice doit ainsi assumer son rôle dans cette affaire qui, rappelons-le, ne donne certainement pas une image positive sur la scène internationale et en particulier dans le monde footbalistique. Il y a eu, en tout cas, mort d’homme. Etait-ce un homicide ? En tout cas, ce décès ne survenait pas d’un simple hasard. Il y a eu une cause certaine. Ce n’est pas la première fois qu’un tel incident se produise dans une rencontre internationale de la sorte. Qui était responsable et d’où provenait le mal ? Il faut maintenant revoir nos notes afin de sécuriser nos compatriotes et nos spectateurs. Les Malagasy sont d’ailleurs des amoureux du ballon rond. Une tragédie qui nous appelle à la solidarité afin que de tels incidents ne puissent plus se reproduire à l’avenir.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.