Police des Mœurs : 789 fugues et 529 disparus en 2019

Sept cent quatre-vingt-neuf cas de fugue et 529 disparus ont été enregistrés par la Police des Mœurs et de la Protection des Mineurs de Tsaralalana durant l’année 2019.
Une baisse du nombre des fugueurs a été constatée durant l’année dernière. Cette baisse est due aux actions de sensibilisation menées par la PMPM notamment au niveau des parents sur des actions audiovisuelles mais également des campagnes de sensibilisation au niveau de la Circonscription d’Antananarivo ville auprès des lycées. L’objectif est d’expliquer aux jeunes élèves les risques et les dangers qu’ils encourent en cas de fugue, les lois qu’il faut respecter ainsi que les sanctions qui seront infligées aux désobéissants.
L’éducation sexuelle est également approfondie dans les matières scolaires afin de conscientiser les jeunes aux risques à courir en cas de rapports sexuels précoces.
Des actions de sensibilisation au sujet de l’éducation sont également menées auprès des parents.
Notons que les enfants de sexe féminin, de 14 à 17 ans, constituent la majorité des fugueurs. La période de vacances est généralement favorable à ce genre d’actes d’adolescent.
Chez les jeunes filles, il s’agit de véritable fugue consistant à quitter le giron parental pour accompagner un petit ami et passer quelques jours, voire, des semaines, ailleurs. Le plus souvent, elles sortent avec des partenaires «majeurs». Chez les garçons, l’idée de fugue intervient souvent après avoir commis un acte répréhensible, ou encore à cause de mauvaises notes en classe.
Notons que la plupart de ces fugueurs retournent chez leurs parents après quelques jours de fugue, et dans 70% des cas, les parents font signe à la PMPM sur le retour de leurs enfants au bercail.
Les actions de sensibilisation seront renforcées pour cette année.

Période de fêtes
Durant la période des fêtes du Noël et de fin d’année dernière, 6 enfants de moins de 7 ans ont été déclarés disparus, dans la majorité des cas par faute d’inattention des parents, certains se sont égarés dans la foule, à Analakely, Behoririka et Antaninarenina, ou à Anosy. Mais dans 90% des cas, ils sont retrouvés sains et saufs. A l’exception sauf d’une petite fille d’Itaosy qui a été retrouvée sans vie.
Les parents ou tuteurs out toute autre personne accompagnés d’enfants sont priés d’être constamment vigilants.

jemimaR

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.