Présidentielle : Le DFP présentera son candidat

«L’organisation des élections présidentielles de 2018 est plus qu’impérative pour éviter un chaos», dixit Maharavo Ratolonjanahary, alias Doudou, du «Dinika ho Fanavotam-Pirenena», ou DFP. Pour ce leader de l’opposition, le régime actuel a failli à sa mission. Il se montre incapable de prendre des décisions pour défendre l’intérêt général. Le Gouvernement ne trouve pas de solution efficace en ce qui concerne l’insécurité, l’inflation et la propagation de la peste…
Le DFP présentera un candidat aux prochaines élections présidentielles de 2018. Le pays a besoin de reformes. Aucun des candidats potentiels aux futures présidentielles ne me semble capable de mener le pays vers un vrai changement. Il indique que ce sont essentiellement des raisons qui avaient motivées la décision de présenter un candidat aux élections de 2018. «Le DFP se sent prêt à faire le saut à l’occupation de la magistrature suprême. Le DFP pourrait gouverner notre pays pour le faire progresser. Nous avons des projets de société adaptées à la situation au pays entre nos mains. Au sein de notre mouvement, il y a des personnes capables d’apporter une bonne contribution à la gestion du pays», explique Maharavo Ratolonjanahary.
A un an des présidentielles, le DFP exige l’assainissement de l’environnement l’environnement électoral. Pour assurer une élection apaisée, il ne faut pas confier uniquement cette tâche au parlement et à l’exécutif, estime Maharavo Ratolonjanahary. «Je ressens qu’il y a trop de complicité entre le Gouvernement et le Parlement. Les députés vont voter le code électoral, le projet de texte de la Constitution en échange de l’octroi des voitures 4×4 pour les députés», a-t-il soutenu. Maharavo Ratolonjanahary a réitéré la nécessité d’organiser un dialogue politique en cette veille des élections. Les acteurs politiques doivent se réunir en urgence et parvenir à un accord pour aller à des élections libres et transparentes en 2018.

Vola R

Imprimer Imprimer