Rejet de requête du Collectif des candidats : Réactions de Tabera Randriamanantsoa

Quelques jours après la proclamation par la Haute Cour Constitutionnelle des résultats défintifs des présidentielles, pendant laquelle la même Cour a rejeté plusieurs requêtes de partis ou groupements politiques, le président du CRN sort du silence.

Arlette Ramaroson, Tabera Randriamanantsoa et Jean-Jacques Ratsietison ont sollicité la HCC pour l’annulation des élections présidentielles du 07 novembre 2018 et du 19 décembre 2018 pour non-conformité à la loi des bulletins de vote utilisés, la non-présentation physique par la CENI des bulletins non utilisés, l’inéligibilité du candidat Andry Nirina Rajoelina. Toutefois, la requête déposée par ces trois politiciens était jugée par la HCC irrecevable. Tabera Randriamanantsoa a fait part de sa réaction sur cette décision de la HCC. Pour ce politicien, le verdict de la HCC sur les résultats officiels du second tour de l’élection présidentielle du 19 décembre 2018 est susceptible d’aucun recours. «Même si nous ne sommes pas satisfaits, tout le monde doit se plier à cette décision irrévocable de la HCC», a déclaré le président du CRN.
Quoi qu’il en soit, Tabera Randriamanantsoa a mis un réserve sur ce verdict de la HCC. Selon la HCC Arlette Ramaroson, Tabera Randriamanantsoa et Jean-Jacques Ratsietison, après leur défaite à l’élection présidentielle du 07 novembre 2018, ne peuvent plus se prévaloir du statut de candidat à l’élection présidentielle et ne peuvent plus saisir la HCC à ce titre. De l’avis de Tabera Randriamanantsoa, cette remarque de la haute cour constitutionnelle reste infondée dans la mesure où ces trois requérants sont des citoyens malagasy et ont participé au vote lors des présidentielles de 2018. En tant que démocrate et homme de droit, le président du CRN Tabera Randriamanantsoa a déclaré qu’il accepte la décision de la HCC. Il n’a pas manqué de salué la victoire d’Andry Rajoelina nouvellement élu Président de la République.
Devant l’insécurité, la pauvreté, les différentes revendications syndicales, les grands défis qui attendent le nouveau Président sont nombreux et titanesques. Tabera Randriamanantsoa formule des vœux de succès et de réussite dans l’accomplissement du programme de développement IEM qu’Andry Rajoelina a lancé tout au long de sa campagne électorale.
Il exhorte le nouveau Président de la République à être plus prudent dans sa façon de gérer le pays. Le président du CRN propose des recommandations. Pour assurer la stabilité politique, qui est une condition sine qua non du développement socio-économique, le président du CRN encourage le nouveau Président de la République à concrétiser la vraie réconciliation nationale au pays. Il préconise la baisse du nombre des ministères ainsi que la mise en place d’un ministère chargé de la mise en œuvre de la politique de réconciliation nationale.

Vola R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.