Représentant Résident du FMI : Les activités doivent préciser les stratégies

Après le programme de réformes, soutenu par la Facilité Elargie de Crédit, plus d’uns se demande ce qu’il en est de la suite de la collaboration des autorités malgaches avec le FMI. A entendre le représentant du Fonds Monétaire International à Madagascar, différents scénarii sont envisageables.

Le Fonds Monétaire International FMI fait son possible pour être un «partenaire constructif» des autorités malgaches pour accompagner le pays dans ses projets de développement. Le Représentant Résident du FMI en a touché mot lors d’une interview accordée à la rédaction qui lui a permis de faire le tour d’horizon sur différents sujets. Les détails.

Ma-LAZA : Le programme de réformes soutenues par la Facilité Elargie de Crédit arrive à terme. Que sera-t-il de l’après-FEC, comment se présentera la collaboration entre le Fonds Monétaire International et Madagascar ?
Marc Gérard : Les autorités nous ont officiellement demandé d’entamer des négociations pour continuer notre collaboration. A ce stade, les débats sont extrêmement ouverts, nous examinons les différentes options. Nous FMI, avons besoin que le Plan Emergence Madagascar précise très exactement la stratégie que les autorités veulent suivre. Nous sommes là pour accompagner la stratégie de développement des autorités. Nous ne sommes pas là pour imposer des idées venues de l’extérieur. Nous attendons que les autorités nous indiquent exactement où elles veulent aller et nous verrons comment les accompagner. Nous avons besoin de plus de détails pour savoir quelle est la priorisation que les autorités veulent mettre en place et quelle est leur stratégie. Plus de précisions sont nécessaires pour avancer.

Ma-LAZA : Quels sont donc les scénarios possibles ?
Marc Gérard : Nous pouvons avoir une collaboration sans programme, où nous apportons éventuellement, sur demande des autorités, une assistance technique. Nous envoyons des experts pour améliorer les procédures de recouvrements douaniers ou poursuivre les excellentes réformes faites au niveau de la politique monétaire ces dernières. Nous pouvons également renégocier une nouvelle Facilité Elargie de Crédit avec un certain nombre d’objectifs sur lesquels il nous faut nous mettre d’accord et qui devraient refléter les priorités des autorités, la vision du président. Ce qui est important c’est de rester engagés dans une discussion en continue, sans interrompre la relation. Cela inquiéterait la communauté des investisseurs et surtout les investisseurs privés. Ce qui manque actuellement, ce sont les investisseurs privés, notamment à cause de ces incertitudes.

Ma-LAZA : Quels ont été les principaux acquis du programme de réformes soutenus par la FEC ?
Marc Gérard : Les acquis essentiels du programme qui s’est étalé de 2016 à 2019 et qui vient d’être conclu avec le passage d’une sixième revue de la Facilité Elargie de Crédit au Conseil d’Administration du FMI sont d’avoir permis à Madagascar de retrouver le chemin de la stabilité macro-économique (…). La croissance est de retour, mais elle n’est pas suffisamment inclusive. Combien même le Conseil d’Administration a validé le passage au Conseil d’Administration de la sixième revue, le seul objectif qui a été manqué est le critère sur les dépenses sociales. Les efforts à poursuivre sont prioriser et faire face aux défis en matière de santé et d’éducation. Pour financer cet effort, il faut continuer l’effort de mobilisation des recettes.

Ma-LAZA : Quels sont les autres défis à relever ?
Marc Gérard : Des défis majeurs nous attendent dans le secteur de l’énergie. Dans les dernières revues, nous avons beaucoup discuté des tarifications des prix de carburant. Les autorités avaient fait d’énormes progrès dans le premier semestre 2019 pour mettre en place une structure des prix, négocier à la baisse les marges des distributeurs pétroliers. Depuis nous n’avons pas vu beaucoup de progrès. L’Etat continue à accumuler des arriérés envers les distributeurs et in fine ces arriérés devront être payées par le budget, autrement dit on va avoir une situation dans laquelle les pauvres paient pour les riches. Pour éviter cela, il faut absolument qu’on mette en place un mécanisme d’ajustement des prix qui permette d’éviter de creuser le budget au détriment des dépenses prioritaires d’investissements publics et de santé.

Ma-LAZA : A combien se situent les passifs ?
Marc Gérard : Dans le cadre du programme, nous nous étions mis d’accord sur le fait que le passif de l’Etat envers les distributeurs pétroliers ne devrait pas dépasser les 175 milliards d’Ar dans l’année, et devrait être ramené à 140 milliards d’Ar en fin d’année. Ce passif a été dépassé. Nous avons eu des discussions et beaucoup de résistance à l’interne, au sein du FMI. Nous avons décidé de conclure cette revue malgré la violation de cet engagement, parce que nous avons voulu donner crédit à tous les efforts de stabilisation macro-économique qui ont été faits. Nous avons des discussions constructives avec les autorités pour résoudre ce problème. C’est un sujet important, le passif a été dépassé, il continue à être dépassé tous les jours puisque la structure des prix n’est pas finalisée et c’est une priorité sur laquelle il va falloir discuter très rapidement.

Ma-LAZA : Et qu’en est-il de la Jirama ?
Marc Gérard : La situation financière de la Jirama reste encore très compromise. Le sujet a été discuté lors de la dernière revue et nous nous sommes mis d’accord avec les autorités sur un plan de redressement qui ira dans toutes les directions mais qui commencera d’abord par la renégociation des contrats avec les fournisseurs d’énergie. Les fournisseurs facturent leur énergie plus chère que le prix auquel la Jirama revend à ses clients, l’entreprise fait des pertes. (…). Ce sont des négociations tout de même difficiles. Il y a beaucoup de parties prenantes, des aspects légaux, des aspects financiers. Il faut trouver des solutions qui permettent aussi aux fournisseurs d’énergie de rester partenaires de la Jirama. La Jirama a aussi des arriérés envers un certain nombre de ses fournisseurs et l’Etat a des arriérés envers la Jirama. La restauration de la situation financière de la Jirama passe par une négociation d’ensemble. Sur la partie renégociation des contrats, beaucoup d’avancées ont été faites. Nous attendons que ces négociations soient vraiment finalisées pour effectuer un chiffrage et voir exactement quelle serait la situation financière de la compagnie après les renégociations des contrats,

Ma-LAZA : Et que pensez-vous de la situation d’Air Madagascar ?
Marc Gérard : Nous avons besoin d’écouter les autorités, de savoir quels sont les projets pour redresser la situation financière de la compagnie Air Madagascar. Il y a eu un partenariat stratégique avec Air Austral, il semblerait que les difficultés s’accumulent. Il ne nous appartient pas de décider de la stratégie des autorités en la matière, mais de l’accompagner. Nous suivons très attentivement la situation

Ma-LAZA : Globalement quels sont les axes majeurs de vos actions ?
Marc Gérard : Nous sommes dans une attitude constructive et positive pour aider à la mobilisation des financements extérieurs afin de financer le développement du pays. Nous n’avons pas d’a priori sur les moyens d’y parvenir. Nous n’avons pas de contrainte que nous souhaitons mettre sur la politique d’endettement du pays. Nous sommes là pour veiller à ce que la dette soit soutenable. Un des axes majeurs de notre action va être de soutenir les efforts des autorités pour les mobilisations des recettes.

Ma-LAZA : Quel serait votre mot de la fin ?
Marc Gérard : Je suis optimiste quant au partenariat entre le FMI et les autorités de la République de Madagascar parce que nous partageons les mêmes objectifs : investir dans le capital humain de ce pays (éducation, santé) et dans le capital physique (les infrastructures). Ce sont les deux moteurs de croissance et de développement du pays. Les voies pour réaliser ces objectifs sont diverses, les obstacles sont nombreux, mais la volonté est là. Nous pourrons ensemble faire un travail important si nous continuons à aller de l’avant.

Propos recueillis par Claudia R.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.