Secteur minier : Des sanctions sévères infligées aux opérateurs illicites

Madagascar est connue dans le monde entier pour ses pierres précieuses et semi-précieuses. Toutefois, leur exploitation, en grande partie informelle, est assurée par des milliers d’artisans mineurs répartis sur l’ensemble du pays. Le secteur minier artisanal représentait jusqu’à 500 000 personnes, soit l’un des plus grands pourvoyeurs d’emplois (permanents ou saisonniers), loin derrière l’agriculture, mais 5 fois plus que le textile et la confection. La contribution du secteur minier au PIB reste faible. Pour être un pays minier, Madagascar doit tirer au moins 20% de son PIB du secteur extractif.
«Développer le potentiel Minier et ériger une filière minière propre», tel est l’objectif de l’Atelier de consultation relatif à l’amélioration des dispositifs juridiques pour lutter contre le trafic illicite des Produits miniers, événement organisé par le Ministère des Mines et des Ressources Stratégiques, qui s’est déroulé hier au MBC d’Ivato.
Plus de 150 personnes, œuvrant dans ce secteur, ont participé activement à cet atelier. Il en est ainsi des opérateurs, des forces de l’ordre, des sociétés civiles. Des échanges, des partages, ont marqué cet atelier de consultation.
Selon les résolutions, des sanctions sévères seront infligées aux opérateurs illicites de la prospection, de la collecte, du transport, de la commercialisation et de l’exportation des pierres précieuses. «La loi sera appliquée à tout opérateur illicite malgache ou étranger», a souligné Razafintsalama, Directeur Général du Ministère des Mines.

Doléances

Les opérateurs malgaches travaillant dans le secteur minier dénoncent une concurrence déloyale entre opérateurs formels et ceux illicites ainsi que les opérateurs étrangers. La porte-parole des exploitants malagasy Lalaoarisoa Jeannette Ravaonirina a souligné que les opérateurs malgaches doivent être prioritaires, et doivent être les premiers à avoir accès à une carrière. «Les opérateurs malgaches du secteur minier devront ère privilégiés». En effet, faute de moyens financiers suffisants, de la plupart des exploitants, les opérateurs en profitent pour abuser et acheter les produits miniers directement dans les carrières. Les opérateurs malgaches dénoncent également le taux élevé de corruption au niveau de la police routière durant les transports des substances minières.
En ce qui concerne l’exportation, les opérateurs se plaignent de la lourdeur des procédures, des frais et des longues attentes.

Solutions

Les acteurs du secteur minier demandent à bénéficier de séances de formation et ce, en vue de la professionnalisation des petites mines. Chacun est conscient que les textes mis en vigueur actuellement relatifs au code minier sont dépassés et obsolètes, la dernière révision du code minier remonte en 2005. Une révision des textes est donc de mise pour le développement du secteur. Ainsi, une sensibilisation et vulgarisation des textes sont de mise.
La majorité des produits miniers exportés par le pays sont des produits bruts, une transformation locale s’avère nécessaire aux fins de plus de valeurs ajoutées des produits. Le secteur minier a besoin de nouvelles infrastructures et de l’énergie.

Jemima R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.