Sénatoriales anticipées : Rivo Rakotovao met les points sur les “i”

Les débats autour de l’organisation d’élections sénatoriales anticipées ne laissent pas indifférents les Sénateurs à l’instar de Rivo Rakotovao, président de cette Institution. De son avis, la réalisation d’une telle initiative demande des procédures bien définies. «La Haute Cour Constitutionnelle avait déjà statué sur ce sujet notamment sur la nécessité d’organiser un référendum qui devra passer par le parlement. Il ne faut pas oublier le caractère impératif du mandat des Sénateurs. On ne peut pas écourter ni rallonger le mandat des Sénateurs», a-t-il rappelé.
La situation désole tout de même le président du Sénat lorsque le budget de son institution se trouve amputé de presque la moitié par rapport à l’année précédente. «Est-ce une volonté délibérée visant à handicaper cette institution pour des raisons purement politiques?», s’est-il demandé. D’ailleurs, il a dénoncé l’absence de la conférence budgétaire du moins pour leur part avant l’élaboration du projet de loi de finances 2020. Un fait qui ne décolère pas les membres de la Chambre Haute du Parlement. Ces derniers qui vont ainsi convoquer le Ministre de l’Economie et des Finances pour demander des explications par rapport à cette obligation légale.
Le président du Sénat a tenu à faire remarquer aux journalistes les raisons ayant poussé l’exécutif à initier une coupe budgétaire lors de la loi de finances rectificative de 2019. Une coupe qui était sensée affecter une somme importante dans la mise en place d’infrastructures universitaires. «Jusqu’ici, nous n’avons pas constaté une quelconque construction», a-t-il soulevé. Une manière pour lui de donner une prémices des discussions qui s’annoncent houleuses lors des débats sur l’adoption de la loi de finances 2020, du moins lors de la présentation du texte par le gouvernement.

Marc A.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.