Taux de croissance économique : 5,5% pour cette année

Ambitieux. C’est ce que l’on peut dire du taux prévisionnel de croissance pour 2020. Durant les deux dernières années, la croissance économique a pris une trajectoire ascendante grâce aux efforts menés en interne et avec les Partenaires Techniques et Financiers du pays. Une telle trajectoire se poursuivra encore cette année, le gouvernement étant déterminé à apporter de profondes mutations à l’économie malagasy afin de rattraper le retard accumulé durant des années.

Pour cette nouvelle année, la prévision de croissance escomptée est de 5,5% conformément à l’ordonnance 2019-016 du 18 Décembre 2019 portant Loi de Finances pour 2020. «Par rapport au taux de croissance de 5.2% estimé dans la LFR 2019, ce taux révèle une ambition d’asseoir notre économie sur un socle stable. Ainsi, pour arriver à une meilleure performance, au sens de l’Emergence économique, l’impact des investissements, tant sur le court terme que le long terme, sera mis en avant ». Pour ce faire, l’Etat priorisera la construction des infrastructures essentielles telles que les routes, les réseaux ferroviaires et les infrastructures pour l’énergie.
Cette croissance sera ainsi tirée par l’augmentation de la part de contribution des secteur primaire et secondaire au PIB accompagnée par les bonnes performances de leurs productions respectives, et appuyée par la volonté d’accroître la production en étendant les surfaces cultivables à plus de 100 000 ha et la valorisation de l’utilisation des semences améliorées. Il en est ainsi également de la place donnée à la promotion de l’industrie comme étant le le moteur du développement, ce en adoptant les mesures favorables au climat des affaires, la normalisation et l’application de la loi sur les partenariats publics privés. A noter que l’émergence du secteur secondaire nécessite un changement structurel qui doit s’accompagner de l’éradication des importations sauvages, de la hausse de la demande locale et de la promotion des exportations à forte valeur ajoutée.
La croissance du secteur tertiaire sera tirée principalement par l’expansion de la branche expliquée par l’évolution de la demande induite par les grands travaux initiés par le Gouvernement dont le début de la construction de nouvelles villes, la réhabilitation des routes nationales, la construction des infrastructures en vue de promouvoir le développement du secteur primaire et du tourisme. Puisque ce dernier est mis en exergue parmi les secteurs prioritaires du Gouvernement, compte tenu de sa forte potentialité, cela explique la croissance positive au niveau du transport. Le Gouvernement accordera une importance particulière à l’instauration de la sécurité et la protection des biens et des personnes ainsi que sur la sécurisation des investissements afin de stimuler l’expansion du tourisme, un secteur créateur d’emplois et porteur de croissance.

Banque Mondiale

Les perspectives économiques publiées il y a quelques mois par la Banque Mondiale estiment que la croissance à Madagascar en 2020 est tirée par l’augmentation attendue des investissements publics, notamment dans les infrastructures routières, de santé et éducatives, et par un rebond des investissements privés après les élections, à la faveur du rétablissement progressif de la confiance. En 2021, la croissance devrait encore augmenter légèrement grâce au maintien de la reprise des investissements publics et privés.

Recueillis par C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.