Mercredi 22 Novembre 2017

Edition du 21 Novembre 2017

Dialogue entre le gouvernement et l’U.E : La retouche de la Constitution n’est pas dans l’ordre du jour

Les préparatifs des prochaines élections vont bon train et tous les acteurs se mobilisent dans cette perspectives. Les partenaires techniques et financiers de Madagascar, dont l’Union Européenne, se mettent de la partie.

Les prochaines séances électorales de l’année prochaine ont été discutées lors de la rencontre entre le Gouvernement et l’Union Européenne. Et concernant les préparatifs à ces futures élections, l’ambassadeur de l’Union Européenne à Madagascar a fait savoir que l’Union ne se préoccupe actuellement que de la tenue d’élections présidentielles et législatives pour 2018. L’Union Européenne semble ne pas être très enthousiaste à l’idée d’une retouche de la Constitution. Les engagements pris par l’Union Européenne dans le cadre de l’aide pour les élections concernent les présidentielles et les législatives si l’on se réfère à la déclaration de l’ambassadeur de l’Union Européenne hier. «La possible retouche de la Constitution n’est pas à l’ordre du jour», a-t-il fait savoir. Et le Premier ministre d’ajouter que les futures élections seront inclusives et démocratiques.
Toujours dans le cadre des préparatifs aux futures élections, le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana a annoncé hier, à la sortie de ce dialogue, que le Gouvernement a mis l’Union Européenne au courant des avants projets de loi sur les élections élaborés par le comité interministériel suite aux travaux de la commission consultative sur l’amélioration des cadres juridiques du processus électoral malagasy. Ces avant-projets de lois ont déjà fait l’objet de première lecture lors du conseil de ministres de dimanche dernier.
Le Premier ministre a défendu le comité interministériel sur ces avants projets de lois face aux attaques répétées de certains partis politiques. «Le comité interministériel n’a fait que prendre les propositions de la commission consultative et ainsi élaboré des avant-projets de loi en prenant en compte le norme international des lois sur les élections ainsi que la pensée et la culture malgache» a expliqué Olivier Mahafaly Solonandrasana. «L’élaboration de ces avants projets de lois ont été inclusive et démocratique» a avancé le Premier ministre, «si d’autres parti politique ont encore des propositions à faire savoir il faut attendre les discussions au sein des parlements» a-t-il continué. En effet ces avant-projets de lois doivent passer aux parlements incessamment.

Velo Ghislain

Imprimer Imprimer

 

Point de vue : Faisons taire les armes en Afrique

La visite à Madagascar de Ramtane Lamamra, Haut Représentant de l’Union Africaine et Conseiller du Président de la Commission de l’Organisation panafricaine, Moussa Faki Mahamat, revêt deux sens. Certes, la situation politique de la Grande Île fait partie de cette mission mais également, la mise en œuvre de la feuille de route de l’initiative «Faire taire les armes en Afrique avant 2020» en fait partie.
La route est longue, puisque la mise en œuvre des engagements vers cet objectif demande des défis importants à relever. Rappelons que les dirigeants africains ont pris la résolution de s’engager à prendre en compte sur la table les causes profondes des conflits qui minent le continent, à savoir les disparités économiques et sociales, mettre fin à l’impunité en renforçant les institutions judiciaires nationales et continentales, assurer la reddition de comptes, conformément à la responsabilité collective envers le principe de non-indifférence, éliminer les sources récurrentes de conflits, y compris la piraterie, le trafic de stupéfiants et d’êtres humains, mettre un cran d’arrêt à toutes les formes d’extrémisme, les rébellions armées, le terrorisme, la criminalité transnationale organisée et les nouveaux crimes tels que la cybercriminalité.
Madagascar, en tant que pays membre à part entière de l’Union Africaine, ne peut se détacher de ces engagements. Une volonté commune des dirigeants du continent africain à soutenir le développement en favorisant l’instauration de la paix et de la stabilité. La solution politique aux crises qui prévalent sur le continent témoigne de cette volonté de l’Union Africaine à avancer vers la paix et à résoudre les conflits, loin des armes et des conflits armés tout en condamnant les coups d’Etat et les changements de régime anticonstitutionnels par la violence. La situation au Zimbabwe, celle du Togo, du Kenya ou encore de la République Démocratique du Congo ne sont pas aussi faciles à résoudre, mais requièrent la cohésion des peuples de ce grand continent pour avancer vers cet objectif qui est de «faire taire les armes». Il est grand temps que le Continent africain se consacre beaucoup davantage à son expansion économique et au bien-être de son peuple.

Imprimer Imprimer

 

Industrie : Vers la mise en place d’un crops spécialisé d’inspecteurs

Le projet de Loi sur le Développement de l’Industrie (LDI) à Madagascar attend d’être adopté par le parlement. Une présentation des grandes lignes dudit texte s’est déroulée hier à l’Hôtel de Ville Analakely dans le cadre de la célébration de la journée de l’industrialisation en Afrique.

Le projet de Loi sur le Développement de l’Industrie – LDI prévoit la mise en place d’un corps spécialisé d’inspecteurs industriels tout comme des inspecteurs du commerce existent dans leur secteur du commerce. lire la suite…

Union Africaine :Ramtane Lamamra en mission d’anticipation

Ce n’est pas la première fois que cette haute personnalité de l’Union Africaine est en visite à Madagascar. Ramtane Lamamra est de nouveau dans nos murs.

Conseiller du Président de la Commission de l’Union Africaine et Haut Représentant de l’Union Africaine, Ramtane Lamamra est en visite à Antananarivo depuis hier. lire la suite…

Mariage précoce : 63,6% des filles du Melaky se marient avant 18 ans

Bien de raisons amènent au mariage précoce. Et Madagascar n’est pas épargnée par ce phénomène. Pauvreté, conflits familiaux, manque d’éducation… sont autant de facteurs qui favorise le mariage précoce.

Inquiétant. A Madagascar le taux de prévalence du mariage précoce est encore très élevé notamment dans certaines Régions. Selon les statistiques publiées par le ministère de la Population, de la Protection sociale et la Promotion de la femme, 41,2% des filles sont mariées ou en union bien avant l’âge de la majorité, 18 ans, au niveau national. lire la suite…

Destitution du Bureau permanent : Une séance à huis clos à l’A.N. demain

Des députés pro ou hors régime se sont associés pour collecter des signature pour la destitution du bureau permanent de l’Assemblée Nationale. La séance à huis clos qui se tiendra demain à Tsimbazaza décidera de la décision finale.

Le processus de destitution du bureau permanent de l’Assemblée Nationale se poursuit. Les députés souhaitent plus de transparence dans la gestion des comptes de l’Assemblée Nationale. lire la suite…

FIVMPAMA : Haro sur le secteur informel et la délinquance économique

Des entreprises travaillent dans l’informel pour éviter de payer des taxes. Le Fivmpama a toujours sollicité une augmentation des taxes d’importation sur les produits importés pour que les entreprises locales soient plus compétitives.

A Madagascar, le secteur informel gagne du terrain. Environ 2,3 millions d’opérateurs économiques œuvrent dans l’informel déplore Erick Rajaonary, lire la suite…

Journée Mondiale de l’Enfance : Le PRM reçoit des enfants à Iavoloha

Dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de l’enfance, le Président de la République Hery Rajaonarimampianina a reçu quelques enfants au palais d’Iavoloha, dans une émission spéciale «Fotoambita». Le Président de la République a parlé avec ces enfants de ses programmes pour les jeunes ainsi que des réalisations que l’État a déjà entrepris pour le développement de la jeunesse à Madagascar. lire la suite…

Maka Alphonse : Le budget du CFM est insuffisant

Le président du Conseil du Fampihavanana Malagasy a déclaré hier que le budget du CFM est insuffisant pour accomplir les tâches qui incombent aux conseillers du Fampihavanana Malagasy. «Le budget actuel ainsi que celui voté dans la loi de finances initiale 2018 a été élaboré par l’ancienne FFM. lire la suite…

Miss/Mister 2018 : Sacre de Mirana et Edwin à Paris

Mirana Stadelman et Edwin Inki ont été élus respectivement Miss et Mister Malagasy 2018. A l’issue d’une soirée exceptionnelle qui a eu lieu à Paris samedi dernier, les deux jeunes gens ont obtenu les faveurs du jury.
« En participant à cette éléction, je tenais à me rapprocher de mes origines car je suis née en France et j’ai toujours vécu ici », a déclaré Mirana, la couronne de Miss sur la tête et sourire aux lèvres. lire la suite…