Mercredi 17 Janvier 2018

Edition du 17 Janvier 2018

Education Nationale : Les examens repoussés de deux semaines

Il fallait s’y attendre. En dépit des efforts des autorités compétentes, les aléas climatiques ont fait en sorte qu’il soit impossible de maintenir le calendrier initial des examens. Une nouvelle décision apporte le nouveau calendrier officiel.

“Le ministère de l’Education nationale a décidé de repousser de deux semaines les dates des examens officiels suite à l’épidémie de peste ainsi qu’au passage du cyclone Ava, lesquels ont beaucoup affecté la population de la Grande Ile », a annoncé Serge Thierry Tsitoara, Directeur de Technologies de l’Information et de la Communication auprès du ministère de l’Education nationale à l’occasion d’un point de presse qu’il a donné dans la salle Pascoma du MEN, à Anosy hier.
Ainsi, le CEPE se déroulera le 14 août 2018 prochain. Les épreuves du BEPC se dérouleront du 3 au 6 septembre. Le CAE se tiendra les 23 et 24 octobre et le CAP pour les 20 et 21 novembre 2018. Le DTIC a toutefois tenu à préciser que la fin de l’année scolaire est maintenue pour le 4 août. Cette nouvelle disposition, adoptée avec la Direction Nationale des Ecoles Privées de Madagascar (DNEPM) concerne 49 000 élèves. Serge Thierry Tsitoara de préciser que les élèves des classes d’examen vont, en outre, devoir s’organiser pour les séances de rattrapage, lesquels s’avèrent incontournables, auprès de leur établissement respectif.
Le DTIC de conclure que ce report a été décrété afin de permettre aux élèves de rester sur le même pied d’égalité au moment des examens.

L.R

Imprimer Imprimer

Quand on ne peut rien faire !

Le code du travail malgache laisse encore des lacunes importantes en matière de protection des travailleurs. Annoncer une cessation d’activité et décider un chômage technique au personnel d’une entreprise fait toujours polémique dans le pays dans la mesure où aucun texte ne prévoit une quelconque compensation ni indemnisation des travailleurs. Le seul recours que les travailleurs peuvent entamer c’est de se plaindre devant la Justice ou bien se plaindre devant les autorités étatiques.
Laisser ses employés au chômage technique est parfois une idée fallacieuse de certains dirigeants d’entreprises. Certes, il y a de la filouterie quelque part. C’est une stratégie souvent adoptée par des investisseurs pour essayer d’alléger les charges au lieu d’annoncer une compression du personnel. Mais les autorités du travail, notamment, l’inspection du travail ne peut rien faire dans les cas similaires puisque les textes ne leurs permettent pas d’intervenir au-delà.
Baisse d’activité et réduction d’indemnités et salaires, des situations qui n’arrangent pas du tout les employés. Mais il appartient également à l’Etat de voir de près les cas sociaux de ces entreprises. Et pourquoi ne pas inciter les employeurs et les employés à souscrire des assurances chômage pour éviter le pire ? Un rouage financier qui peut couvrir les deux parties des risques pouvant arriver et éviter une dégénération de notre société.

Imprimer Imprimer

RALE 2017-2018 : Des difficultés à atteindre les 10 millions d’électeurs

La Révision Annuelle de la Liste Electorale (RALE) a commencé il y a quelques semaines avec, comme finalité, d’inscrire 10 millions d’électeurs en tout dans tout le pays. Les parties prenantes à cette opération d’envergure sont à pied d’oeuvre. lire la suite…

Elections présidentielles : “Difficile accouchement”, selon Norbert Lala Ratsirahonana

L’élection présidentielle qui devrait se tenir cette année est quasiment au centre de toutes les discussions politiques. lire la suite…

Secteur privé : Le SIM demande une année de stabilité

A chaque année électorale, nous ne sommes pas à l’abri de soubresauts. Le secteur privé aspire à une année 2018, dépourvue de crise, de grève… qui handicapent le bon fonctionnement des activités. La machine économique devra tourner, avec des retombées positives sur le secteur, sur la population et également sur le pays. lire la suite…

Projet Ranobe : Le Sénat à l’écoute de Toliara Sands

La compagnie Toliara Sands réalise un projet de développement d’envergure, dénommé Ranobe dans le Sud du pays. La mise en oeuvre dudit projet a été discutée au Sénat. lire la suite…

Affaire Houcine : “Le PRM devra réagir”, de l’avis de Me Olala

Me Willy Razafinjatovo alias Olala, en sa qualité de juriste, s’est exprimé sur l’affaire Houcine Arfa, qui défraie la chronique. lire la suite…

Revendications des étudiants : Une entente a été trouvée

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique n’est pas au bout de ses peines. Depuis quelques jours, les mouvements de protestation des étudiants et des syndicalistes du SECES lui donnent, décidément, du fil à retordre. lire la suite…

Groupe Webhelp : Au chevet des orphelins et des personnes en situation de handicap

A l’instar des ONG à vocation humanitaire, le Groupe Webhelp apporte sa contribution à l’éducation et au développement humain des enfants handicapés et des orphelins. lire la suite…

Rétablissement de la circulation : Difficultés des travaux sur la RN34

Suite au passage du cyclone AVA, trois points de coupures ont été constatés sur la RN 34 reliant Antsirabe à Miandrivazo, outre les multiples dégâts sur les chaussées et les ouvrages. lire la suite…