Doublons dans la liste électorale : La SVEM réclame l’ouverture d’enquête immédiate

Les affaires nationales se poursuivent en marge de la crise sanitaire de Coronavirus. Des associations se dressent pour réclamer ce qu’elles qualifient de «justice». La SVEM se fait désormais connaître.

ariaryLa Solidarité des Victimes des Elections de Madagascar (SVEM) de Toliara élève la voix quatre mois après l’annonce controversée de l’ancien vice-président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) sur les doublons de la liste électorale. Tondraha Razaha, ancien député de Toliara et non moins candidat recalé aux dernières législatives, a souligné dans sa déclaration du 7 Juillet dernier que l’ouverture d’une enquête est d’une urgence capitale afin de faire la lumière sur ce dossier. Une occasion d’inviter les recalés des 3 dernières élections, notamment de la présidentielle, des législatives et des communales, à le rejoindre.
Rappelons que vers le début du mois de mars dernier, Thierry Rakotonarivo, alors vice-président de la CENI, avait annoncé l’existence d’un million de doublons de numéro de carte nationale d’identité dans la liste électorale. Une intervention qui avait soulevé le tollé dans la classe politique du pays, puis interpellé, par la suite, l’opposition, qui avait alors demandé l’ouverture d’une enquête. La situation de l’époque a coûté son poste au vice-président de la CENI qui a préféré démissionner.
La balle est maintenant dans le camp des autorités qui ont certainement le devoir de mettre en œuvre un système visant à assainir cette liste et à rétablir la crédibilité de l’institution. La CENI a, en revanche, fourni des explications sur ces doublons lors d’une conférence de presse du 20 mars dernier. La commission électorale avait souligné à cette occasion que les chiffres avancés étaient bel et bien erronés.

Marc A.

Imprimer Imprimer
Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.