Vol de rapatriement de Madagasikara Airways : Des précisions de l’ACM

Les ressortissants comoriens bloqués à Madagascar n’ont pas manqué d’exprimer leur désarroi de l’annulation du vol qui devait les ramener dans leur pays. Mais ils ne sont pas les seuls à en être déçus. La compagnie aérienne en est également victime.

L’annulation du vol de rapatriement des ressortissants comoriens bloqués à Madagascar alimente toujours les conversations. N’ayant pas obtenu l’autorisation de vol du mardi 21 Juillet dernier, la compagnie Madagasikara Airways se dit victime de «harcèlement par le régime». L’Aviation Civile de Madagascar (ACM) précise, pour sa part, que Madagasikara Airways n’a pas obtenu l’autorisation d’effectuer ce vol dans la mesure où son Certificat de Transport Aérien (CTA) est suspendu depuis le 24 février 2020, en attendant la régularisation pour non-conformité observée lors des audits effectués auprès de cette compagnie.
Conformément à l’article 4 de l’arrêté 31.900/2018 du 20 décembre 2018, toutes les compagnies aériennes exploitant des aéronefs de plus de 15 tonnes doivent recourir aux prestataires agréés en matière d’assistance en escale. D’après l’ACM, « Madagasikara Airways a exploité depuis le mois d’Avril 2018 un Embrayer 145, avion supérieur à 22 tonnes, sans avoir fait appel jusqu’à ce jour au prestataire agréé aux plateformes sur lesquelles elle opère. Des autorisations exceptionnelles de vol commercial ont été octroyées à cette compagnie en dépit de la suspension du CTA. Toutefois, aucune action corrective n’a été mise en œuvre pour lever la suspension ».

Statistiques de juin

Compte tenu de la situation de pandémie, tous les vols de rapatriement nécessitent une autorisation spéciale et sont étudiés au cas par cas. En juin dernier, 1.622 ressortissants étrangers bloqués à Madagascar ont pu quitter la Grande île. Outre les Français et les Européens, on pouvait recenser des Sud-Africains, des Mauriciens, des Pakistanais et des Philippins. 130 ressortissants malgaches ont par ailleurs été rapatriés au pays le mois dernier.
Les vols cargo ont transporté 490 tonnes de marchandises, matériel et autres. Pour la même période, 38 personnes ont fait l’objet d’évacuation sanitaire. Les vols sanitaires sont autorisés sous réserve de l’acceptation du pays de destination et de l’engagement des membres de l’équipage et des passagers à une mise en quarantaine à leur retour.

Claudia R.

Imprimer Imprimer
Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.