BFM : Renforcement de la résilience des institutions

Les réformes entreprises depuis le début de l’année sont positives et le pays fait face à une stabilité institutionnelle et une augmentation de la résilience des institutions.
Une bonne nouvelle pour Madagascar qui semble se baigner dans des difficultés dans de nombreux domaines.

Dans un pays, les domaines politique, économique et social sont étroitement liés, à entendre Alain Rasolofondraibe, gouverneur de la Banky Foiben’i Madagasikara. Ainsi, les chocs climatiques, tout comme les changements de gouvernance politique à la suite des élections devraient avoir des impacts sur l’économie du pays. L’on constate toutefois que les réformes entreprises depuis le début de l’année sont positives et que le pays fait face à une stabilité institutionnelle et une augmentation de la résilience des institutions. La situation n’a donc pas d’impact majeur sur l’économie, ce qui constitue une garantie pour les opérateurs.
En matière de finances publiques par exemple, tel qu’il a déjà été précisé par la BFM sur la base des données provisoires, le déficit de l’Etat est estimé à 0,7 % du PIB au premier trimestre, soit quasiment le niveau réalisé sur la même période en 2018. Par rapport à la Loi de finances initiale, le taux de recouvrement des recettes totales est estimé à 98,6 % à fin mars 2019, contre 104% un an auparavant, en raison surtout de la baisse des recettes sous forme de dons. En outre, le taux d’engagement des dépenses a été de 91,3 % par rapport aux prévisions au premier trimestre de 2019.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.