Covid-19 : Quel test pour qui et quand ?

La Covid-19, est une maladie infectieuse provoquée par un virus de la famille des coronavirus, le SARS-CoV-2: de son nom se décompose ainsi: « Co » pour corona (couronne en latin), « vi » pour virus, « d » pour Disease (maladie, en anglais). Le chiffre 19 renvoie à la date d’apparition de la maladie dans le monde.
Cette maladie de Covid-19 provoque une infection respiratoire avec différents symptômes qui vont de la toux à la fièvre en passant par une fatigue inhabituelle, des maux de tête, une gêne respiratoire, la perte de l’odorat, du goût, des douleurs musculaires et, dans les cas les plus sévères, des complications pulmonaires graves.

Tests virologiques

Les tests virologiques (RT-PCR) permettent de déterminer si une personne est porteuse du virus au moment du test grâce à un prélèvement par voie nasale. L’analyse recherche d’éventuelles traces de la Covid-19 pour répondre à la question « suis-je porteur du virus ? ».
Les tests RT-PCR sont les tests de référence pour le diagnostic de la phase aiguë du Covid-19. Fondés sur des méthodes de biologie moléculaire, ils permettent de détecter la présence du SARS-CoV-2 dans l’organisme d’un individu à un « instant T » et donc de confirmer un diagnostic de Covid-19 posé par un médecin. Concrètement, des échantillons nasopharyngés sont recueillis chez les personnes qui présentent des symptômes de la maladie par le biais d’un écouvillon introduit dans la narine jusqu’au rhinopharynx. À l’heure actuelle, la période idéale pour détecter l’ARN viral est de 1 à 7 jours après l’apparition des symptômes. Au-delà, le prélèvement nasopharyngé n’est plus optimal et risque de donner un faux négatif.
Les tests virologiques PCR sont effectués dans des centres de dépistage reconnus par l’Etat comme l’Institut Pasteur de Madagascar, le Centre d’Infectiologie Charles Mérieux (CICM) d’Ankatso, le Laboratoire d’Analyse Médicale Malagasy (LA2M) d’Androhibe, et l’hôpital HJRA d’Ampefiloha.

Tests sérologiques

Les tests sérologiques permettent de rechercher si une personne a développé une réaction immunitaire après avoir été en contact avec le virus, ou après un symptôme mal diagnostiqué comme un petit rhume pas exemple. Ces tests détectent la présence d’anticorps au moyen d’une prise de sang. Le test indique si la personne a développé des anticorps face au coronavirus et confirme donc qu’elle a contracté la COVID-19… même sans symptômes.
En aucun cas un test sérologique positif ne doit conduire son bénéficiaire à relâcher ses efforts dans l’application des gestes barrières et de la distanciation sociale ou à considérer qu’il dispose d’un quelconque « passeport » d’immunité. Même si elle n’est plus contagieuse, cette personne pourra toujours être un vecteur du virus, par des mains contaminées par exemple. Par ailleurs, le monde scientifique n’a pas assez de recul pour affirmer qu’une personne ayant des anticorps ne pourra plus contracter à nouveau le Covid.
Plusieurs travaux soulignent que la production d’anticorps n’est détectable qu’au bout de la deuxième ou la troisième semaine après l’apparition des symptômes de la maladie comme l’indique une étude publiée début mai dans le Lancet Infectious Diseases. En conséquence, les tests sérologiques ne sont pas recommandés dans le cadre du diagnostic précoce de l’infection Covid-19.
Les tests sérologiques sont réalisés par des laboratoires privés à Madagascar.

Imprimer Imprimer
Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.