Espèces protégées : Des tortues se vendent à 25.000 USD sur le marché international

Espèces rares et menacées, les tortues de Madagascar font cependant l’objet d’exportation illicite et de braconnage. Les « radiatas » ou tortues étoilées sont les plus prisées sur le marché international. Il importe de les protéger pour éviter leur extinction.

“La commercialisation de tortues de Madagascar est strictement interdite et son exportation est prohibée », mentionne l’annexe 1 de la Convention sur la Commercialisation internationale des espèces en voie d’extinction (CITES).
Mais le trafic s’intensifie à cause de la valeur de ces tortues au détriment de l’environnement, et particulièrement de la faune endémique.
« Il y a des tortues qui se vendent à 25.000 dollars sur le marché international. Il y a tout un réseau derrière ce trafic.» a révélé Baomiavotse Vaniala Raharinirina, ministre de l’Environnement et du Développement Durable lors d’une conférence en ligne, organisée par le Centre Arrupe de Faravohitra le week-end dernier. «Le MEDD observe la tolérance zéro sur de tels actes», a précisé la ministre.
Les efforts se poursuivent pour endiguer ce fléau. «L’an dernier, c’est la Direction Régionale de l’Environnement et du Développement Durable d’Atsimo-Andrefana qui a fait le plus d’interceptions. Près de 15.000 tortues ont été interceptées. Elles ont d’abord été placées dans des refuges pendant un certain temps avant leur réintroduction dans leur habitat naturel», rappelle la ministre tout en ajoutant que : «les citoyens doivent comprendre que l’achat de tortue est un délit, puni par la loi ».
Le ministère de l’Environnement travaille de près avec le ministère de la Justice pour sanctionner toute forme d’infraction à la loi. Récemment, trois individus impliqués dans une affaire de braconnage de tortues, ont écopé d’une peine de 6 mois d’emprisonnement avec sursis, assortie de 10 millions d’Ariary d’amende. Une sanction que les défenseurs de l’environnement estiment « légère ».

Les lémuriens font aussi l’objet de braconnage.

Par ailleurs, une autre pression pèse sur l’environnement : la déforestation. « Le ministère doit agir. Si on ne fait pas notre travail il ne restera plus rien dans ce pays pour les générations futures » prévient la ministre. C’est l’une des raisons pour lesquelles ce département soutient la vulgarisation des différentes alternatives au charbon de bois. Baomiavotse Vaniala Raharinirina insiste sur le fait que l’émergence économique du pays dépend de notre capital naturel. « On ne peut pas aller loin si on ne fait rien pour notre environnement et ce qui nous reste de nos forêts. Le Ministère de l’Environnement, seul, avec un agent forestier pour 200.000 ha ne peut pas aller loin. Une responsabilité collective est requise », conclut-elle. Les citoyens sont ainsi appelés à signaler les crimes environnementaux qu’ils constatent.

Claudia R.

Imprimer Imprimer

 

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.