Point de vue : Montée de la colère

Situation préoccupante hier à Anosibe lorsque plusieurs marchands à la sauvette ainsi que ceux qui étaient délogés de leurs anciens commerces ont manifesté leur mécontentement. L’assainissement initié par les responsables étatiques dans les environs du marché d’Anosibe a alimenté la colère de ces marchands. Des pneus brûlés et des barricades contre les jets de grenades lacrymogènes, comme si l’on assistait à une manifestation des gilets jaunes en France.
Certes, les tenants du régime sont pris au dépourvu puisque les initiatives visant à améliorer la circulation urbaine et à éduquer les usagers de la route n’avaient pas été « avalés » par ces marchands. Des initiatives qui demandent une meilleure coordination des actions notamment par une série d’expulsions des commerçants illégaux. C’est dire que les jeux du chat et de la souris vont démarrer sans que le nouveau maire n’ait encore composé son cabinet qui s’annonce assez important.
Cette colère ne va sans doute pas s’arrêter à ce niveau. Tant qu’il n’y a pas de structure adéquate visant à regrouper de manière rationnelle ces marchands et commerçants, la situation ne sera jamais stabilisée. L’intégration de ces derniers dans des marchés ou des étals aménagés est plus que nécessaire.
La menace réelle est la jonction de cette manifestation avec celle des autres revendications sociales. Les enseignants des universités, des enseignants des lycées, des frustrés des coupures d’électricité et de distribution d’eau ou encore les fonctionnaires déchus, figurent parmi les foyers de tensions susceptibles d’exploser à tout moment.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.